Automne corse

Comme chaque année la Brother Team s’est rendu en Corse, pour son périple annuel en kayak, à la recherche des gros poissons de l’Ile de Beauté. Pendant ces deux semaines nous serons accompagnés par Olivier. C’est la première fois qu’il vient en Corse et il est bien décidé à faire son premier denti. La 1ere semaine nous serons 6 sur l’eau car nos potes Thibaud et Bastien seront aussi avec nous. Thibaud est venu avec son petit semi-rigide sur lequel nous nous relayerons au cours de la semaine.

A peine arrivés, le changement de température par rapport à ma Haute-Savoie se fait ressentir : on sort les maillots ! Le temps est magnifique et l’eau est encore à plus de 20°c ! C’est agréable pour pêcher, mais en revanche, ça ne rend pas les poissons très actifs…

Peu de touches donc, mais il y a de jolis poissons qui tournent. Vincent et Bastien feront même un doublé de sérioles

dsc04009

On recherche surtout les sérioles pour commencer, mais c’est pas simple, et il ne faut pas craindre le capot. Vincent nous remotive car lors de son tour sur le bateau il en sort une très belle dans les 18kg

p1020216-copie

On fait quelques petits dentis quand on tombe sur des bancs mais nous essuyons surtout énormément de refus !

Vincent enfonce encore un peu plus le clou en faisant une 3eme sériole !

dsc04058

Un matin, je profite de la météo très calme pour m’éloigner, promenant mon calamar au-dessus de 100m de fond je vois soudain un petit espadon sauter plusieurs fois derrière moi. Je m’émerveille du spectacle quand je remarque soudain que le ballon qui me sert de flotteur file à tout allure en direction de l’espadon, bon sang mais il est pendu à ma ligne !!! Je ferre et commence à combattre, j’ai du mal à le croire, j’ai un espadon au bout de la ligne ! J’appelle vite Thibaud qui n’est pas très loin en bateau pour qu’il vienne faire quelques photos. Sur mon ensemble à gros poisson ce petit espadon ne pose pas de difficultés, seul problème, quand je l’amène au kayak, il est piqué vers la queue et très mal ! (je pense qu’en sautant il s’est décroché et s’est repiqué). J’attrape vite sa queue avant qu’il ne puisse me faire faux-bond. Très marrant la peau de ce poisson, c’est un peu comme les requins, il n’y a pas de mucus et ça rappe légèrement. Thibaud et Bastien m’ont rejoint en bateau et on fait vite une séance photos avant de remettre ce magnifique poisson à  l’eau.

dsc04065

dsc04075

Je suis trop content, c’est une prise plutôt rare, surtout en kayak !

Je mets mon dernier calamar en vif et continue à me promener au large. Peu de temps après j’entends des « SPLASH », je me tourne et vois ma canne plier, à l’autre bout, une coryphène saute de tous les côtés ! je la tiens quelques secondes mais elle se décroche. Même pas le temps de ramener ma ligne que je me retrouve avec un banc de dorades tournant autour de mon kayak ! Un spectacle magnifique dans cette eau claire, certaines sont de belle taille mais aucunes ne voudra des différents leurres que je leur proposerai…

Le lendemain c’est à mon tour de monter à bord du bateau de Thibaud. Celui-ci n’a jamais eu de denti et nous axons donc la matinée sur la recherche de ce poisson. On tourne un peu pour faire les vifs puis on attaque une dérive sur un spot que j’avais pointé au GPS l’an passé. Au bout de quelques minutes j’aperçois un superbe banc au sondeur. Nos deux cannes sont à l’eau et ça ne rate pas, je me fais atteler et, quelques secondes après, c’est au tour de Thibaud de ferrer son 1er denti, doublé !

dsc04078

Mission accomplie pour Thibaud avec en plus un spécimen dans les 7 kg… pas mal pour commencer ! 

Le soir un équipage part traquer les calamars rouges, pas beaucoup de pris mais de jolis spécimens !

p1020253

p1020248

On se promène une journée en montagne histoire de se reposer un peu et de se déplier (toute la journée assis sur un kayak pendant plusieurs jours ça use ! ). On en profite pour faire le plein de châtaigne 🙂

dsc04097

La semaine se termine, Thibaud et Bastien doivent nous quitter, mais je crois que l’an prochain ils seront de nouveau du voyage 😉

Les sérioles étant moins présentes, nous nous mettons à traquer les dentis. Vincent cartonne pas mal et sort quelques jolis spécimens.

dsc04119

g0041201

De mon côté je m’amuse à pêcher profond, je prends quelques sébastes et limbert au slow jig en rajoutant un appât sur les assists.

dsc04614

dsc04619

Je fais aussi un petit pagre au jig.

dsc04112

et j’en manque aussi plusieurs. Mais c’est au slow jig que je perds le plus joli poisson, une casse après avoir bien combattu. C’était gros ! peut-être une sériole mais pas sûr…, à ces profondeurs on peut avoir des surprises, on ne saura jamais…

Sur un coup du soir, du bord, nous prenons quelques baras avec Coco, pas des monstres mais ça se défend bien quand même.

dsc04152

dsc04157

Un soir après avoir dîné chez des amis nous partons faire un coup de rockfishing. C’est impressionnant la vie qu’il y a ici, je ferais une dizaines de rascasses presque sans bouger de place !

dsc04137

Vincent et Colin jouent à « celui qui a la plus grosse »…

p1030630

Jolie le gobie !

p1030621

Puis Coco se met à chercher les mulets au pain.

dsc04141

Un copain qui nous accompagne, nous amène à un coin où, d’après lui, de gros poissons mangent le pain jeté par les passant. 

On amorce la zone et rapidement de gros remous font disparaître nos bouts de pain ! Coco est le premier à sortir un poisson, un très beau sar, puis un banc de mulets viens sur la zone, on en rate beaucoup (ferrage à vue dans le noir…) mais Coco et Vincent en sortent 2 jolis

dsc04148

dsc04144

Retour à 3h du mat à la maison, pas frais quand même ! mais il faut rester concentrés sur la route car les sangliers, cochons, chèvres, vaches et autres ânes ne sont jamais loin !

En fin de semaine le vent se lève et la pluie arrive, la température diminue et les dentis s’activent. Olivier sors enfin ses premiers !

p1030644

Les poissons mordent mieux et sont plus jolis

dsc04130

p1030660

Puis c’est l’heure de la dernière sortie, le temps est beau mais la matinée passe sans activité.

Je pars jigger dans 80-90 m car le poisson à l’air de se tenir profond. Je me fais les bras mais ça paye car je me fais atteler près du fond par un gros poisson. Je suis en 40/100 donc j’y vais doucement tout en bridant assez pour éviter les cailloux. Après quelques minutes de luttes c’est une sériole d’un peu plus de 8 kg que je hisse dans mon kayak, content,  elle se sera faite désirer celle-là !

dsc04160

Nous partons le lendemain sans trop de regret car c’est sous une forte pluie que nous chargeons les voitures…

Encore deux semaines qui sont passées à une vitesse folle ! merci aux copains corses qui nous ont reçus ou accompagnés et je vous dis à l’année prochaine 😉

dsc04129

26/11/2016 | Publié par Etienne Goletto dans SORTIE PECHE