Pêche au feeder : facile !

La pêche au feeder est une technique simple à mettre en œuvre et particulièrement productive. Vous aussi, découvrez une pêche vraiment fun qui permet de toucher de nombreux et beaux poissons !

17

Le matériel

Les cannes utilisées pour la pêche au feeder sont spécifiques. Elles doivent avoir suffisamment de puissance pour envoyer un feeder plombé plein d’amorce et combattre de beaux poissons tout en ayant suffisamment de sensibilité au niveau du scion pour détecter les plus petites touches. Nous vous conseillons d’avoir un moulinet avec une bonne récupération pour pouvoir ramener rapidement le feeder vers la surface, ce qui empêchera d’accrocher au fond. Un frein très progressif sera également recommandé afin de pouvoir combattre des poissons puissants sur ligne relativement fine. Enfin, nous vous recommandons un moulinet ayant une bobine dotée d’un clip sur la bobine afin de pouvoir y placer votre fil lors du premier lancer. Celui-ci vous permet de pêcher toujours à la même distance car lors des autres lancers, le fil sera bloqué. En prenant un repère sur la rive d’en face, vous êtes ainsi certain de toujours amorcer au même endroit. Attention néanmoins de ne pas trop appuyer vos lancers et de freiner progressivement avec le doigt la sortie du fil afin d’éviter la casse. C’est une astuce simple et pratique pour amorcer précisément un secteur!

3 8

Dans le cas d’une zone très localisée (ex: un trou) ou en présence de beaux poissons, évitez néanmoins de mettre le fil dans le clip car celui-ci casserait sur un beau départ. Pour le feeder en lui-même, nous utilisons surtout les modèles en grillage plastique ouverts sur le devant et derrière. Ils permettent de bien libérer de grosses particules comme les coquillettes ou le maïs quand on cherche à sélectionner de beaux poissons. Le plastique le rend plus léger et il remonte rapidement à la surface quand on le récupère, ce qui évite les accrochages sur le fond. Les modèles fermés avec des trous seront réservés aux forts courants et pour l’utilisation d’asticots dans l’amorce, – ces derniers étant ainsi libérés plus progressivement.

5 6

Il existe de multiples montages pour la pêche au feeder, – dont certaines variantes sont d’ailleurs particulièrement complexes à réaliser. De notre coté, nous privilégions un montage coulissant hyper simple. Nous utilisons un anti-angle Flashmer dont l’agrafe permet de placer rapidement le feeder. Un coulisseau droit sera également parfait pour cet usage. Cet anti-angle coulisse librement sur la ligne en 20/100. Avec son élasticité réduite, l’Ultra Low Stretch Asso est idéal en corps de ligne pour ressentir les touches les plus timides. L’anti-angle est stoppé par une petite perle souple qui précède un émerillon. La perle sert d’amortisseur lors des lancers afin d’éviter de fragiliser le nœud. Derrière, notre bas de ligne est réalisé en fluorocarbone 18/100 (Super Fluorocarbon et Fluorocarbon USA Asso). Ce dernier est d’un diamètre inférieur au corps de ligne afin de pouvoir casser uniquement cette partie en cas d’accroche, permettant ainsi de récupérer le montage anti-angle / Feeder.

23 16

 

25Avis Etienne Goletto :

Nous vous conseillons d’adapter constamment la longueur de votre bas de ligne aux conditions. Pour des eaux calmes, un bas de ligne de 40 / 50 cm est une bonne base. Mais avec un courant important, nous vous conseillons de le raccourcir à 20/25 cm. Ce sera également une bonne solution si vous sentez que les poissons tapent dans le feeder et que vous n’avez pas de touches franches sur votre hameçon. Votre appât se trouvant plus prés de la cage diffusant l’amorce, les poissons s’en saisiront plus rapidement.

 

21

 

Notre hameçon préféré est sans conteste le 5412 HC Maruto. Il est ultra piquant et il est fréquent que les poissons se ferrent tout seuls. Très fin de fer, il pénètre très bien dans les chairs de la gueule. Mais le plus important est que même en étant fin de fer il s’avère hyper résistants, – y compris dans les plus petites tailles. Il est si costaud qu’il est possible de combattre des carpes ou des barbeaux de plusieurs kilos sans risque d’ouverture ! Nous l’utilisons également pour le toc. Vraiment le must pour rechercher sur ligne ultra light de beaux poissons !

 

10

Amorce et appâts

Concernant l’amorce, celle-ci devra être mouillée dans une bassine. La quantité d’eau utilisée correspondra directement à la force du courant. En utilisant peu d’eau, votre amorce sera plus légère et sortira plus facilement du feeder dans les zones calmes. En la mouillant un peu plus, celle-ci sera assez lourde et collante pour les courants plus puissants. Nous vous conseillons de bien la laisser gonfler puis de la passer dans un tamis après l’avoir humecté afin qu’elle se disperse bien. Si vous ciblez les tanches, sachez que rajouter un peu de pain d’épice en poudre permet de cibler ce poisson qui adore les amorces sucrées. Il est à noter que les carpes gourmandes l’apprécient également. Pour les zones vraiment calmes, il est également possible d’utiliser du chènevis moulu qui fera « pétiller » votre amorce, la dispersant ainsi plus facilement. Grâce à cet ingrédient, il sera d’ailleurs possible de repérer où se situe votre montage, ce qui s’avère très pratique pour être certain de toujours amorcer au même endroit.

7

Pour les appâts, nous utilisons surtout des asticots, des vers, du maïs et même…des coquillettes ! Aussi étonnant que ca puisse paraitre, ces petites pates alimentaires sont très efficaces sur un grand nombre d’espèces. Elles sont économiques, tiennent relativement bien à l’hameçon et sélectionnent de beaux poissons : le top ! Nous les mélangeons avec l’amorce afin qu’elles soient libérées dans le courant et qu’elles attirent les poissons sur de grandes distances. Elles permettent de prendre de beaux barbeaux, des carpes et beaucoup d’autres sortes de cyprinidés. Nous utilisons aussi des asticots que nous plaçons par grappes de 3 à 4 sur l’hameçon en les piquant juste par la queue. Ils se tortillent alors de manière très attractive. Nous en plaçons aussi un peu dans l’amorce pour encore plus d’attractivité. Nous utilisons également du maïs qui offre des résultats très réguliers. Il n’est ainsi pas rare de toucher de belles carpes avec cet appât.

19 18

15Conseil du team

Si vous pêcher avec des coquillettes, attention pour la cuisson : celle-ci doivent être assez fermes pour tenir sur l’hameçon mais pas trop afin de rester attractives pour les poissons.  Une cuisson légèrement « al dente » est parfaite. L’astuce est de les rincer à l’eau froide afin d’arrêter la cuisson quand vous les sortez de l’eau bouillante. C’est un appât qui ne coute presque rien, qui est facilement disponible et qui fonctionne particulièrement bien. Essayez : vous serez surpris de son efficacité sur un grand nombre d’espèces !

 

En action de pêche

Il est possible de pêcher aussi bien en rivière qu’en eaux closes type lacs ou étangs. L’avantage du courant est qu’il disperse plus facilement l’amorce, attirant ainsi de nombreux poissons sur de grandes distances. Les eaux vives sont ainsi particulièrement intéressantes pour les barbeaux. Ce poisson est fantastique à pêcher au feeder ! C’est un incroyable combattant qui est capable de pointes de vitesse impressionnantes. Il faut d’ailleurs savoir qu’en Angleterre, il est considéré par de nombreux pêcheurs comme un véritable poisson de sport, – au même titre que la carpe. Sachez d’ailleurs  que cette espèce livre toutes ses forces dans le combat et il faudra bien l’oxygéner lors de sa relâche. Il est également possible de toucher des carpes grâce à cette technique. Celles vivant en rivière sont vraiment puissantes et leur combat dans le courant n’est jamais gagné d’avance. Un véritable plaisir sur ligne fine ! Il sera également possible de toucher de beaux gardons, des tanches, des brèmes, etc. L’avantage du feeder est en fait de toucher de multiples espèces, – y compris de très beaux spécimens.

13 14

10 20

Nous utilisons un petit pic afin de caler notre canne feeder. Mais ne croyez pas qu’il s’agit d’une pêche d’attente canne posée. Après quelques lancers où l’amorce s’est répandue dans le courant, il est fréquent d’enregistrer les touches dés que le feeder touche le fond. La canne est donc toujours tenue en main pour réagir dés que le poisson mord. En fait, le pic sert juste à stabiliser le long blank. La canne sera placée perpendiculairement à la zone où se trouve le feeder. Cet angle de 45 ° permet de mieux voir la touche sur le scion. Le ferrage sera ample et doux car la ligne est relativement fine. Le frein devra être parfaitement réglé car le départ tout en puissance d’une belle carpe ou d’un barbeau dans le courant ne laisse aucune place à l’erreur. En rivière, les calmes formés par une zone plus profonde, une anse avec un contre courant ou un bras mort peuvent être particulièrement intéressants.

4 1-bubul

11 12

Avis Etienne goletto :

La pêche au feeder est vraiment hyper productive ! Nous faisons souvent des « battles » avec mes frères et le nombre de poissons sortis est souvent impressionnant. Sur un étang que nous connaissons, nous avons ainsi pris à deux prés de 60 belles brèmes et autres carassins en moins de 2 heures ! C’est une pêche hyper active et c’est un véritable plaisir de combattre de beaux poissons sur ligne fine. Essayez vous aussi : vous verrez que les résultats sont spectaculaires !

22 24

21/10/2016 | Publié par Flashmer Team dans ACTUALITE, CONNAISSANCE DU MATÉRIEL, CONSEILS TECHNIQUES, SORTIE PECHE, TEAM FLASHMER