Explorer Fireball : pêchez efficace !

 

Le fireball est ultra efficace sur les dentis !

Le principe du Fireball est simple : il s’agit en fait d’une tête plombée servant à placer ultra précisément un vif à proximité immédiate d’un prédateur repéré au sondeur. Ce vif est juste piqué par le museau sur l’hameçon tracteur court de cette tête puis doté d’un stinger (empile souple avec à son extrémité un hameçon simple ou triple) afin d’assurer un ferrage plus efficace. Grâce à sa forte densité, la tête est visible au sondeur et permet ainsi de pêcher à la verticale avec une redoutable précision les carnassiers au cœur même de leurs repères. Cette technique est d’une redoutable efficacité sur les poissons les plus difficiles.

 

La gamme de coloris de l’Explorer Fireball est hyper attractive !

Explorer Fireball coloris noir / jaune Explorer Fireball coloris rose / phospho Explorer Fireball coloris rouge / jaune Explorer Fireball coloris vert / noir

 

 

Calamar monté sur un Explorer Fireball avec un stinger

 

À l’origine, le Fireball a été inventé par les pêcheurs américains pour pêcher l’équivalent de notre sandre. Ce sont les pêcheurs hollandais qui l’ont fait connaitre dans toute Europe lors de concours de pêche internationaux qu’ils gagnaient en l’utilisant. La technique du fireball est depuis devenue très populaire auprès des pêcheurs de silures et de sandres car elle permet de prendre des poissons qui refusent systématiquement les leurres alors qu’ils sont pourtant visibles au sondeur. Certains pêcheurs ont eu alors l’idée d’utiliser le Fireball en mer sur les poissons très méfiants. Les prises de beaux poissons tels que des dentis, des pagres, des chapons, etc. se sont alors enchainées et, au fil des années, ces pêcheurs ont amélioré cette technique pour en faire une des productives jamais conçue pour la pêche des poissons marins.

 

Les frères Goletto ont fortement contribué à la démocratisation du fireball en mer

 

Et ces pêcheurs sont bien connus chez Flashmer puisqu’il s’agit d’Etienne, Vincent et Colin Goletto : les membres du team Flashmer ! Ainsi, Vincent Goletto a écrit un article nommé« Pêche miracle au Fireball » dans le Coté Pêche numéro 30 de mars, avril, mai 2014. Depuis la parution de cet article, cette technique révolutionnaire s’est alors démocratisée auprès du grand public. Ils sont donc certainement les mieux placés pour vous montrer à travers leurs multiples prises sur le terrain l’extraordinaire efficacité du Fireball en mer !

 

Etienne avec un denti pris au fireball

 

L’Explorer Fireball – Explorer Tackle

 

Etienne en combat avec un beau poisson

 

Tout dans la conception de l’Explorer Fireball Explorer Tackle a été pensé pour un maximum d’efficacité sur les prédateurs.

 

Hydrodynamisme maximal

 

Hydrodynamisme maximal :

La forme parfaitement ronde de l’Explorer Fireball est spécifiquement conçue pour un hydrodynamisme optimal. Il est ainsi possible de pêcher plus profondément tout en restant à la verticale malgré de fortes dérives ou de puissants courants.

 

 

Hameçon renforcé

 

Hameçon renforcé :

L’Explorer Fireball dispose d’un hameçon tracteur hyper renforcé. Il est ainsi conçu pour résister aux plus puissantes mâchoires (ex : dentis, pagres, etc.) et pour supporter les plus fortes tensions lors des combats. Il dispose d’une pointe rentrante ultra piquante permettant de percer les gueules les plus robustes. Sa très large ouverture est parfaite pour accueillir les plus beaux vifs – y compris les calamars. Du 5/0 au 8/0 !

 

Anneau à stinger

 

 

Anneau à stinger :

Placé sous l’hameçon tracteur en position arrière, cet anneau permet d’accueillir une empile souple dotée d’un hameçon simple ou triple (stinger) afin d’optimiser votre ferrage lors de l’attaque du prédateur.

 

 

Coloris craquelés

 

 

Coloris craquelés :

L’Explorer Fireball dispose de riches coloris à effet craquelé hyper attractifs sur tous les carnassiers. Notez l’inédit coloris rose phospho spécifiquement conçu pour les pêches ultra profondes ou en présence d’eaux mâchées car il est plus facilement repérable par les carnassiers.

 

 

 

Signal œil surdéveloppé Signal œil surdéveloppé :

L’œil est le point d’attaque principal des prédateurs. L’énorme œil de l’Explorer Fireball servant de cible au carnassier optimise ainsi une meilleure prise en gueule de l’hameçon – permettant ainsi un ferrage plus efficace lors de la touche. Ce large œil de cyclope est constitué d’un film holographique émettant de multiples reflets multidirectionnels qui attireront les poissons sur de grandes distances.

 

Emerillon rolling Tornado Strong

 

 

Emerillon rolling Tornado Strong :

Ce rolling à billes offre une rotation ultra fluide évitant les problèmes de vrillages de la ligne si fréquents lors de pêches profondes en utilisant des vifs (poissons, calamars). Son anneau soudé renforcé est d’une impressionnante robustesse et vous permettra d’affronter avec sérénité les prédateurs les plus puissants. Jugez plutôt : le Tornado Strong utilisé avec le modèle 200 g possède une résistance de 220 lb !

 

 

Emerillon rolling Tornado Strong incorporé

 

 

Gros denti pris au fireball avec un calamar

 

Faire ses vifs pour la pêche au Fireball

Pour la technique du Fireball, il sera nécessaire de faire au préalable des vifs. En mer, vous avez la possibilité d’utiliser des poissons tels que : serrans, girelles, maquereaux, sévereaux (chinchards), lançons, orphies, etc. Il sera également possible (et vivement conseillé !) d’employer des céphalopodes – et plus spécifiquement des calamars. En eau douce, un petit vif tel que le gardon sera parfait pour la pêche du sandre. Pour le silure, un gros vif tel qu’une brème, un carassin s’avérera excellent.

 

 

Maquereau pris au bas de ligne larves Flashmer

 

En mer, pour faire vos vifs facilement et rapidement, la meilleure solution est d’utiliser des bas de lignes Flashmer. Même si les classiques plumes marchent toujours aussi bien, beaucoup de bas de ligne ont évolué au fil du temps. Il est possible d’en trouver avec des leurres souples imitant des crevettes, des alevins, des petits céphalopodes, des larves etc. Certains combinent plumes et plastiques, d’autres sont agrémentés de tinsels ou encore de matières phosphorescentes. Pour les maquereaux communs ou les maquereaux espagnols, nous vous conseillons l’excellent Leurre à maquereaux qui est doté de plumes de grande qualité, de perles phosphorescentes et d’un film aux reflets irisés très attractif. Il possède une très bonne solidité face aux dents des maquereaux. Le montage sera dandiné dans les différentes couches d’eau afin de trouver ces bancs de petits prédateurs.

 

Maquereau pris avec le bas de ligne leurre à maquereaux

bas de ligne leurre à maquereaux

 

Carton plein de maquereaux !

bas de ligne leurre à maquereaux

 

Pour les poissons de fond tels que les serrans, les girelles, etc. servant à la pêche spécifique des dentis ou encore pour les lançons ou les sardines servant à la pêche des bars, maigres, lieus, etc., nous vous recommandons le bas de ligne micro larves. Il sera animé doucement à proximité du fond. Le fait de le lester avec un jig tel que le Métal Spot Flashmer ou une Cuiller Lourde Flashmer démultipliera l’attractivité du montage et permettra de toucher également du poisson directement sur ce leurre. Afin d’éviter de trop souvent accrocher en dandinant à proximité du fond, nous vous recommandons de l’armer avec un assist hook.

 

bas de ligne larves Flashmer

 

Guirec Hamon présentant l’efficacité du bas de ligne larves Lançons pris au bas de ligne larves

 

Pour toutes vos pêches au Fireball, le calamar est certainement un des meilleurs vifs en mer. En effet, tous les prédateurs en consomment, que ce soit des carnassiers benthiques (dentis, pagres, etc.) ou encore des prédateurs pélagiques (sériole, thonidés, etc.). Il sera possible d’utiliser des calamars de 20 à parfois plus de 50 cm. Sachez que de telles tailles ne feront pas peur à un beau prédateur !

 

Vincent en combat avec une belle sériole prise au fireball

 

Afin de pêcher avec facilité les calamars qui vous serviront de vifs pour le Fireball, nous vous conseillons une technique ultra productive : le tataki. Elle est d’une grande simplicité et hyper efficace : même un débutant peut prendre rapidement ses premiers calamars!

 

La technique du tataki permet de toucher facilement des calamars pour le fireball La technique du tataki permet de toucher facilement des calamars pour le fireball

 

Des montages déjà « prêts à pêcher » tels que le Bas de ligne 2 turluttes Flashmer offrent l’avantage de vous permettre de changer facilement de turluttes en fonction des conditions ou de l’humeur des calamars. Un avantage considérable !

 

Colin avec un calamar pris à l’Ultra Bait Yo-Zuri

 

Avis du team :

Il est fréquent que nous utilisions plusieurs modèles de turluttes Yo-Zuri de différentes couleurs sur un même bas de ligne. Bien souvent, les calamars se focalisent sur un type de turlutte en particulier ou encore sur une couleur spécifique. Au bout de quelques prises, il est alors facile de définir le modèle et même le coloris qui fonctionne le mieux pour optimiser ses prises !

 

 

Concernant les turluttes à utiliser pour faire rapidement des céphalopodes, les frères Goletto du Team Flashmer apprécient ainsi particulièrement les Bubblin et les Ultra Baits Yo-Zuri et vous les recommande chaudement.

 

Bubblin Ultra Baits Yo-Zuri

 

La technique du tataki est vraiment très simple !

Bien que les calamars puissent se trouver dans toutes les couches d’eau, il est fréquent qu’ils se trouvent à proximité du fond, surtout quand vous pratiquez le tataki de jour, à l’aube ou au crépuscule. Au sondeur, nous vous recommandons de rechercher les boules de poissons fourrage qui attirent les calamars. Ces derniers se situent bien souvent juste en dessous afin d’effectuer des attaques surprises. De nuit, les calamars pourront ainsi se trouver plus souvent en pleine eau. Une prospection de toutes les couches d’eau vous permettra alors de repérer leur zone de tenue.

 

Animation tataki

 

Agitez !

 

Une fois le fond atteint, relevez votre train de turluttes d’un ou deux mètres. Agitez votre scion pendant plusieurs secondes avec énergie afin que les turluttes s’agitent sur place comme des poissonnets affolés. C’est en imitant ainsi un banc de proies paniquées que vos turluttes attirent les calamars sur de grandes distances. Ils se rapprochent alors de votre montage.

 

 

 

Stoppez !

 

Stoppez votre animation et attendez avec le scion à l’horizontale. Grâce à leur équilibrage interne, les turluttes se replacent alors doucement en position horizontale. C’est généralement à cette étape que les calamars attaquent. N’hésitez pas à attendre plusieurs minutes car même sans maniement, vos turluttes continue à bouger sous l’action du courant et de la houle et restent donc très attractives. En absence de touches, remontez de quelques mètres et renouvelez votre animation. Vous pouvez ainsi rechercher les calamars dans toutes les couches d’eau.

 

Ferrez !

 

La touche peut être très subtile et un scion fin vous sera très utile pour la repérer. Votre ferrage devra être assez doux afin d’éviter de briser les fragiles tentacules. Pour les mêmes raisons, ramenez votre prise lentement. Evitez les à-coups et gardez votre ligne toujours tendue afin d’éviter les décrochages. Enfin, utilisez systématiquement une épuisette pour les monter à bord sous peine de perdre de nombreuses prises.

 

 

 

Etienne et un calamar pris en tataki à l’Ultra Bait

 

Ce montage devant impérativement se manier à la verticale, nous vous conseillons de posséder des lests de différents grammages afin de pouvoir vous adapter aux profondeurs rencontrées et à la vitesse de votre dérive. Il est possible d’utiliser des turluttes plombées (Turlutte plombée chromé et Turlutte plombée phospho) ou dites « espagnoles » pour multiplier les chances de toucher des céphalopodes. Plus qu’une imitation supplémentaire, elle démultiplie l’attractivité du train d’egis en accentuant l’effet banc.

 

 

turlutte plombée phospho

turlutte plombée chrome

 

 

Certains emploient même un madaï jig comme lest afin d’agrémenter leur cession par la prise de poissons ! Mais dans les fonds les plus encombrés, privilégiez plutôt l’utilisation d’un simple plomb d’arlesey sous peine de perdre l’intégralité du montage lors d’une accroche ! Des plombées recouvertes d’un film phosphorescent apporte un plus en pêche profonde, à l’aube ou au crépuscule mais ne sont pas indispensables en pleine journée en présence de fonds moyens. Disposer de nombreux grammages permettra de s’adapter à toutes les conditions.

 

Vivier avec un bon stock de calamars

 

Avoir un vivier vous permettra de conserver vos calamars vivants pour pouvoir être utilisés comme vif sur votre Explorer Fireball. Ces céphalopodes étant hyper attractifs, il est fréquents que des sparidés de trop petites tailles pour pouvoir être ferrés comme les dorades grises ou les pageots les dévorent par morceaux. Avoir un bon stock de calamars vivants vous permettra donc de continuer à pêcher durant toute votre cession.

 

Retrouvez dans ce lien un article très complet sur la pêche en tataki avec de Bubblin Yo-Zuri :

Tataki aux Bubblins Yo-Zuri

 

Dans cet autre lien, vous trouverez un article sur les meilleures turluttes Yo-Zuri pour toutes vos pêches en tataki :

Turluttes Yo-Zuri : une gamme ultra complète pour le tataki !

 

Comment installer le vif ou le calamar ?

  • Le vif

Pour installer un vif sur votre Explorer Fireball, il suffira de faire passer l’hameçon tracteur dans sa gueule. Celui-ci doit passer par la mâchoire inférieure puis la supérieure afin que la gueule soit bien fermée évitant ainsi une trop forte prise aux courants et une asphyxie du poisson. En ayant plusieurs tailles de stingers déjà préparés à l’avance, il suffit de positionner l’empile la plus adaptée à la taille du poisson en positionnant l’hameçon derrière la nageoire caudale ou sous le ventre du poisson. Attention lors de cette étape de passer l’hameçon juste sous la peau afin que le vif reste vivant longtemps. Pour les pêches au ras du fond des prédateurs benthiques, des poissons tels qu’un serran, une girelle, etc. conviendra très bien. Disposer de très courtes empiles vous sera indispensable. En pleine eau, un sévereau (comme pour l’illustration ci-dessous) sera un vif parfait car il ne craint pas les variations de profondeurs et il reste en vie longtemps (plus qu’un maquereau par exemple).

 

 

Comment monter un vif sur un Explorer Fireball

 

Vincent Goletto avec un beau denti pris au fireball

 

 

  • Calamar

Le calamar nageant à reculons, l’hameçon tracteur sera piqué à l’arrière – juste au niveau du cône. Sa tenue sera alors excellente et même piqué profondément, le calamar restera en vie longtemps. Le stinger sera choisi dans une taille adaptée à celle du calamar. Il faut que l’hameçon terminal se retrouve au dessus du crane. Celui-ci sera juste glissé sous la peau afin de ne pas blesser le céphalopode. Pour les plus gros calamars, il sera conseillé d’utiliser un stinger avec deux hameçons en montage Stewart afin d’ assurer un meilleur ferrage lors de l’attaque. Le second hameçon sera disposé sur le milieu du corps du calamar.

 

Comment monter un calamar sur un Explorer Fireball

 

Le fireball est redoutable d’efficacité ! Conseil du team Flashmer :

Disposer de plusieurs tailles de stingers préparés chez vous et placés sur des plioirs en mousse EVA Flashmer vous permettra de gagner un temps précieux sur le terrain. Pour les plus petites empiles, un seul hameçon pourra suffire. Pour les plus grands stingers destinés aux gros poissons ou aux beaux calamars, deux hameçons simples (ou un simple + un triple en terminal) montés à la suite en « montage Stewart » seront privilégiés. Pour une installation rapide de cette empile sur votre Explorer Fireball, nous vous recommandons de l’équiper d’une agrafe. Grâce à cette astuce, votre vif passera moins de temps hors de l’eau et sera bien plus vivant – et donc plus attractif. De même, vous gagnerez du temps de pêche – un temps particulièrement précieux !

 

 

Etienne avec une énorme sériole prise au Fireball

 

Le maniement de l’Explorer Fireball

 

En suivant les reliefs du fond, un fireball permet de toucher du denti

 

Par rapport à une pêche au vif classique, l’Explorer Fireball permet une pêche ultra précise. Il est recommandé de choisir un Fireball dont le poids soit adapté aux profondeurs rencontrées afin d’être parfaitement à la verticale. Disposer de nombreux grammages vous sera ainsi très utile. Avec sa grande densité, il vous sera facile de le voir sur le sondeur. Le principe de la technique du Fireball est de suivre au plus près les reliefs du fond. Les carnassiers benthiques tels que les dentis, les pagres, les chapons, etc. se tiennent en effet souvent au plus près du substrat. Attendant en embuscade une proie, ils peuvent se cacher à l’arrière d’une roche, dans une faille, dans un trou situé sur une paroi rocheuse, etc. L’intérêt du fireball sera d’aller solliciter ces poissons au cœur même de leur repère. Afin d’être certain de bien vous situer à proximité immédiate du substrat, n’hésitez pas à « taper » de temps en temps le fond.

 

Animation de l’Explorer Fireball

 

En suivant les reliefs et les déclivités avec précision, il est très fréquent de voir une masse se détacher du fond. L’attaque peut alors être immédiate. Si le prédateur ne fait que suivre votre vif placé sur l’Explorer Fireball, une bonne solution pour le décider est de remonter lentement dans les couches d’eau afin de le décider. En voyant sa proie lui échapper, cette astuce déclenche très souvent l’attaque du carnassier. Le fait de pêcher ainsi à vue est d’ailleurs un des grands plaisirs de cette technique car les émotions sont au rendez-vous. Adrénaline garantie !

 

Colin se saisissant d’un denti par forte houle Beau denti pris au fireball par Colin Goletto !

 

En présence d’un bel écho en pleine eau au sondeur, il ne faudra pas hésiter à remonter sa ligne à la même profondeur afin de présenter votre vif sous le nez du prédateur potentiel. Il pourra s’agir d’un pélagique tel qu’une sériole, un thonidé ou bien encore d’un bar, d’un maigre, d’un Saint-Pierre, d’un lieu, etc. Dans tous les cas, le fait d’être en pleine eau vous permettra de combattre le poisson plus sereinement car les risques de coupes sur les roches sont réduits. L’utilisation d’un vif supportant bien le passage d’une couche d’eau à l’autre tel qu’un sévereau ou même un calamar sera un avantage certain.

 

Enorme sériole prise par Vincent au Fireball

 

Sachez qu’avec un vif bien actif, vous sentirez à l’avance qu’un prédateur est à proximité car il a alors tendance à s’affoler (de manière justifiée convenons-en !) Il ne faut pas confondre cette soudaine agitation du vif avec l’attaque d’un prédateur et bien attendre. Le ferrage est la clef de la réussite avec cette technique. Plus votre vif sera gros et plus il sera nécessaire de patienter. Une bonne solution pour être sur d’effectuer un ferrage efficace est d’attendre que le poisson pèse de tout son poids dans la canne. Pour les poissons benthiques pris au ras de fonds rocheux, il sera nécessaire de brider le poisson afin d’éviter qu’il ne retourne à trou.

 

Enorme combat pour Etienne !

 

 

Quels poissons pêcher à l’Explorer Fireball ?

Tous les prédateurs sont susceptibles de mordre à un vif placé sur un Fireball – que ce soit en mer ou en eau douce.

 

Espadon pris par colin avec un calamar monté sur un fireball (aussitôt relâché)

 

En mer, une animation à proximité du fond permettra de toucher des espèces benthiques telles que les dentis, les pagres, les gros pageots, les merlus, les chapons, les grosses raies, les congres, les Saint-pierres, etc. Vous noterez que même des espèces vivant généralement plus en pleine eau peuvent être à proximité immédiate du substrat. C’est ainsi le cas des bars, des maigres, des morues ou des lieus qui peuvent se tenir au cœur d’une épave, d’un tombant rocheux, dans une fosse, etc.

 

Superbe denti pris au fireball par Etienne ! Superbe denti pris au fireball par Etienne !

Chapon au fireball

Encore un denti au fireball pour Vincent !

 

Les pélagiques tels que les sérioles, les bonites, les thonidés, les sabres, les espadons, les barracudas, les liches, etc. sont des poissons vivant plus en pleine eau. Ils peuvent se situer dans n’importe quelle couche d’eau mais bien souvent, les bancs de petits poissons fourrage visibles au sondeur sont une excellente indication de la profondeur où ils se situent. La thermocline peut également être un précieux indicateur mais il sera nécessaire d’avoir un sondeur très performant pour la repérer.

 

Au sondeur, on voit bien le fireball et les arcs formés par les poissons

 

 

Sachez d’ailleurs que des prédateurs  en train de chasser ces proies apparaitront au sondeur sous la forme d’arcs ou de lignes transversales montrant des déplacements rapides. Ces « bananes » comme les nomment les pêcheurs expérimentés sont de précieux indices de poissons en activité. En plaçant votre Explorer Fireball avec son vif dans la même strate d’eau, l’attaque est alors le plus souvent immédiate.

 

Enorme sériole prise avec une orphie pour Colin !

 

Et une belle sériole au fireball pour Etienne !

Belle pélamide prise en pleine eau par Colin

 

En eau douce, la technique du fireball est excellente sur le silure – surtout quand celui-ci a été rendu méfiant par une trop forte pression de pêche aux leurres. Ce poisson pouvant atteindre plus de 110 kg sera recherché avec de gros vifs tels qu’un carassin, une belle brème, un gros gardon, etc. L’hameçon renforcé de l’Explorer Fireball ainsi que l’attache sur un Rolling Tornado Strong supporteront sans aucun problème les plus gros spécimens de silures. De même, la large ouverture de cet hameçon correspondra parfaitement à la gueule des plus beaux vifs. Le top pour la recherche spécifique de ce poisson !

 

Colin en combat avec un silure !

 

Avec sa taille pouvant facilement dépasser les 2 m, le silure est facilement identifiable au sondeur. On le trouve le plus souvent à proximité du fond dans les fosses ou toute autre déclivité qui lui permet d’attendre sa proie en embuscade sans avoir à lutter contre les courants.

 

 

On voit distinctement le fireball et les silures au sondeur

 

Il n’est pas rare de tomber sur plusieurs individus dans le même trou. Avec la grande taille de ce poisson, l’attaque est visible au sondeur – ce qui rend cette pêche palpitante et riche en émotions! Outre l’extraordinaire efficacité de cette technique, c’est bien le plaisir d’une attaque à vue sur son Explorer Fireball qui rend cette pêche si passionnante. Essayez : vous ne pourrez plus vous en passer!

 

Beau silure pour Colin

 

14/05/2019 | Publié par Flashmer Team dans ACTUALITE, CONNAISSANCE DU MATÉRIEL, CONSEILS TECHNIQUES, TEAM FLASHMER, TESTS PRODUITS