La coryphène : un poisson exotique en France !

 

La coryphène : un des plus beaux prédateurs français !

 

Les coloris d’une coryphène sont magnifiques !

 

Nommée également grande daurade coryphène ou Maï-Maï dans les îles du Pacifique, la coryphène (Coryphaena Hippurus) est un pélagique dont la taille moyenne en France est de 40 à 80 cm. Les plus beaux spécimens peuvent y atteindre 1,60 m pour un poids avoisinant les 35 kg. Dans les pays tropicaux, la coryphène peut dépasser les 2 m et peser jusqu’à plus de 50 kg. Sachez que son taux de croissance est impressionnant et qu’elle peut dépasser le mètre en deux ans. Ce prédateur très rapide est facilement reconnaissable par ses magnifiques couleurs vertes, jaunes, bleues et turquoise. La coryphène possède un corps très élancé et comprimé latéralement ainsi qu’une grande nageoire dorsale démarrant à la base de la tête et allant jusqu’à la queue. Elle a la particularité d’avoir un front très bombé et celui des mâles peut être proéminent et particulièrement abrupt. Sa gueule présente de petites dents pointues et il est à noter que même sa langue en est dotée !

 

Coryphène pris au lancer avec un métal Spot Couleur chrome avec une palette en queue

 

En France, l’aire de répartition de la coryphène se situe en Méditerranée et en Atlantique sud (pays basque). Ce pélagique se trouve surtout au large en pleine mer et il se rapproche peu des côtes. C’est un poisson grégaire vivant en groupes de quelques dizaines à plus d’une centaine d’individus. La coryphène apprécie particulièrement les objets flottant à la surface et il est fréquent de les trouver sous des épaves flottantes telles qu’un tronc dérivant, une branche d’arbre ou tout autre débris végétal. Elle peut même se sédentariser sous une balise fixe et y rester longtemps. Il est également fréquent qu’elle accompagne un bateau dérivant ou qu’elle reste sous une embarcation à l’ancre.

 

Les couleurs d’une coryphène juste sortie de l'eau

 

Le saviez-vous ?

Avec son dos bleu / vert et ses flancs jaunes, la coryphène est sans conteste un des plus beaux prédateurs présent sur nos côtes. Mais une fois sortie de l’eau, ses couleurs changent rapidement et virent au turquoise puis au jaune. Morte, ses coloris disparaissent et sa livrée prend alors une teinte gris métallisé.

 

 

 

 

La coryphène : un véritable poisson de sport !

Que ce soit dans nos eaux ou dans les mers tropicales, la coryphène est un poisson fantastique à pêcher ! Ce poisson pélagique peut ainsi atteindre une vitesse de plus de 80 km/h et sa défense est souvent très aérienne. Elle saute ainsi fréquemment hors de l’eau une fois piquée et elle est capable d’effectuer d’impressionnantes cabrioles – et ce, pour le plus grand plaisir du pêcheur ! Ce prédateur véloce répond très bien aux leurres et peut aussi bien être pêché à la traîne qu’au lancer.

 

Pêche à la traîne

 

La coryphène peut être pêché en traîne hauturière à grandes distances des cotes

 

Ce poisson appréciant la vitesse, elle sera recherchée au grand large en traine hauturière rapide (7 nœuds et plus). En France, il est fréquent que les poissons pris avec cette technique soient plus gros que ceux fait au lancer. Selon les régions, il pourra être nécessaire d’aller à parfois plusieurs dizaines de milles des côtes pour pouvoir en pêcher. Ainsi, certains n’hésitent pas à naviguer entre 20 et 50 milles des côtes afin de les trouver en même temps que d’autres espèces (ex : thons blancs).

 

Paëta Flashmer

Octopus monté 12 cm

 

 

Pour sa pêche spécifique, on utilise surtout de petits leurres à jupe de type jets siffleurs, slide pushers, Octopus montés ou Paëtas.

 

High Speed Vibe Yo-Zuri L’Hydro Squirt Yo-Zuri

 

Il est également possible d’utiliser des poissons nageurs de traine tels que l’High Speed Vibe Yo-Zuri (traîne jusqu’à 15 nœuds !), l’Hydro Squirt Yo-Zuri, le 3D Magnum Yo-Zuri 140 mm (supporte des vitesses allant jusqu’à 12 nœuds), etc.

 

3D Magnum Yo-Zuri

 

Les coryphènes seront généralement recherchées à la traîne en même temps que les thons blancs, les thons rouges, etc. Les petits leurres à jupes seront alors placés sur les cotés à grandes distances alors que les poissons nageurs seront situés plus près et plus au centre du sillage. La technique de la traîne est beaucoup utilisée dans les destinations exotiques pour la pêche des coryphènes. Elle y est d’ailleurs beaucoup plus commune et, de plus grande taille, elle est capable d’attaquer les plus gros leurres de traîne habituellement utilisés pour les plus grands poissons de la planète. Il est ainsi fréquent qu’elle soit une prise accessoire en recherchant le thon, l’espadon, le marlin, etc.

 

Traîne hauturière

 

 

Coryphène d’une dizaine de kilos prise en traîne hauturière

 

La coryphène au lancer

 

 

La courbure de la canne de Colin montre l’intensité du combat avec une coryphène !

 

Il est également possible de pêcher les coryphènes au lancer quand elles sont repérées prés d’un corps flottant. Ce pélagique apprécie particulièrement les casting jigs tels que le Métal Spot. Ce dernier sera récupéré assez rapidement de façon linéaire canne basse.

 

Métal Spot dans le nouveau coloris Ayu Métal Spot Bleu

 

La coryphène étant un poisson sautant souvent hors de l’eau durant le combat, il sera conseillé d’utiliser un assist en tête du casting jig. Un assist de type Mini-Single ou Mini-Twin Explorer Tackle sera ainsi parfait pour limiter les décrochages si fréquents avec cette espèce. Le Métal Spot ayant un corps de section ronde, son rolling est également amplifié car la queue est plus libre.

 

Métal Spot coloris Ayu monté avec un mini single

 

Il développe alors une nage en wobbling avec un débattement serré qui est particulièrement attractive. En présence de petites sardines ou d’anchois minuscules, il ne sera pas rare d’avoir à utiliser des Métal Spots très légers pour les décider. Ainsi, il sera parfois nécessaire de descendre jusqu’à des modèles de 14 – voire 7g !

 

Colin et une magnifique coryphène prise au Métal Spot

 

Colin a dû utiliser un Métal Spot de 7 g pour décider cette belle coryphène !

 

Pour les amateurs de pêche au lancer, l’avantage de la coryphène est qu’elle peut également se pêcher avec des leurres de surface tels qu’un popper ou encore un stickbait. Avec ses attaques en surface à près de 80 km/h et sa défense très aérienne, c’est alors un véritable bonheur pour le pêcheur ! Les coryphènes se trouvant sous les épaves flottantes étant généralement assez petites, des leurres de taille assez réduite seront toutefois conseillés.

 

Vincent Goletto et une coryphène prise au 3DR Popper

 

Ainsi, Vincent Goletto du team Flashmer utilise avec succès le 3DR Popper Yo-Zuri (65 mm / 7 g) sur cette espèce. Avec son film holographique interne diffractant la lumière en de multiples coloris (technologie 3D Prism finish), ses reflets sont visibles par les prédateurs sur de grandes distances. Son profil fusiforme et allongé le faisant ressembler aux petits poissons fourrage consommé habituellement par les coryphènes le rend très efficace.

 

 

 

L’hameçon de queue garni de plumes et de tinsels augmente l’attractivité du leurre durant sa nage. Sa gueule est ourlée de larges lèvres débordantes qui offrent une plus grande surface de contact et qui génère donc des pops puissants au regard de sa petite taille. Grâce à sa nage mêlant pops et walking the dog, il est ainsi ultra attractif sur cette espèce.

 

La coryphène offre des combats spectaculaires! Conseil du team :

La coryphène est un poisson très véloce Pendant le combat, elle effectue de brusques changements de direction et de longs travers à une vitesse impressionnante. Il sera nécessaire de la suivre très rapidement autour du bateau afin d’éviter que le fil ne passe sous la coque. De même, il sera conseillé de baisser la canne lors des sauts pour éviter les décrochages. Même arrivé à proximité de vous, elle est encore capable d’effectuer un dernier saut pour se décrocher. Nous vous conseillons donc de bien la fatiguer donc là en pleine eau avant de chercher à l’épuisetter.

 

En présence de belles coryphènes, il sera également possible d’utiliser le 3D Popper Yo-Zuri en taille 90 mm (24g). Disposant également de la technologie 3D Prism Finish, il gagnera à être manié avec de longues tractions. Il emmagasine alors de l’air dans sa cavité buccale et passe légèrement sous la pellicule de surface en créant un fort sillage de bulles attractives. Une animation d’une redoutable efficacité sur ce pélagique !

3D Popper Yo-Zuri

Mini Spook Heddon

 

La coryphène pourra être aussi recherché avec des stickbaits tels que le Mini Spook Heddon. Malgré sa petite taille, ce stickbait se lance à des distances impressionnantes grâce à sa lourde bille en acier. Idéal pour rester à distance respectable de l’épave flottante afin d’éviter d’effrayer les poissons. Une nage en waking the dog un peu plus rapide qu’à l’accoutumée conviendra parfaitement aux véloces coryphènes.

 

Nous vous recommandons pour cette espèce le coloris Sardine et surtout la couleur Chromé Dos Noir qui s’est avéré ultra prenante sur tous les types de pélagiques. Ainsi, tout comme pour les pélamides, les coryphènes apprécient particulièrement ses reflets très intenses.

 

Comme la pélamide, la coryphène apprécie le Mini Spook chrome

 

 

Zara Puppy Spook Heddon

 

 

Sur des coryphènes difficiles ou de plus petite taille, il sera également possible d’utiliser le Zara Puppy Spook Heddon (70 mm / 7g). Bien qu’il ne possède pas de bille et malgré son faible poids, ce stickbait se lance néanmoins très bien sur ligne fine. Quand ce pélagique refuse d’autres leurres de surface, ce leurre fait régulièrement la différence !

 

 

La coryphène : un poisson à respecter !

Une fois qu’une première coryphène est au bout de la ligne, il sera conseillé de faire durer le combat et de la laisser dans l’eau. Tout comme pour les perches, un poisson trop vite relâché peut faire fuir le banc. De même, les coryphènes excitées par ce congénère continuent à mordre et il est alors possible de multiplier les prises. Sachez néanmoins modérer votre prélèvement !

 

Une coryphène au popper est un magnifique coup de ligne pour un pêcheur

 

La coryphène est un poisson très énergique qui est particulièrement difficile à tenir. Elle peut être donc source de danger avec un leurre dans la gueule lorsqu’on la manipule ou qu’on pose avec elle pour la photo.

 

La coryphène est un poisson difficile à tenir : attention aux hameçons! La coryphène est un poisson difficile à tenir : attention aux hameçons!

 

Ici encore, une bonne pince à poisson tel que le Fish Grip Scale Luxe Explorer Tackle pourra être très utile afin d’éviter les accidents. L’usage du fish grip pourra également lui garantir de meilleures chances de survie une fois relâché.

 

Pour immobiliser une coryphène, il est conseillé de tenir sa queue ou d’utiliser un fish grip

 

Cette coryphène prise sur la photo ci-dessus faisait partie d’un banc repéré sous le bateau en dérive libre. Les pêcheurs ont filmé ces coryphènes en tentant de les faire mordre au casting jig Métal Spot devant la caméra (on l’aperçoit dans la vidéo). Mais une fois l’appareil plongé dans l’eau, elles ont malheureusement été effrayé et se sont éloignées de l’embarcation. Pas facile de filmer une attaque en direct! Ce n’est que lors de leur retour qu’elles ont mordu (3 prises).

Restent les images de ces magnifiques poissons évoluant en pleine eau :

 

 

 

Un rude combat! Conseil Flashmer :

Il n’est pas rare de croiser plusieurs dizaines de coryphène sous une balise ou une épave flottante. Très réceptives aux leurres car elles sont affamées, elles sont alors faciles à prendre. Si vous souhaitez en garder pour votre consommation familiale, nous vous invitons à modérer votre prélèvement par respect pour la ressource. Pour les adeptes du no-kill souhaitant les relâcher, sachez que ce poisson est fragile. Il doit être manipulé le moins possible et doit être mis à l’eau très rapidement pour avoir des chances de survie. De même,  nous vous conseillons vivement l’utilisation d’hameçons simples pour vos leurres (ex : assists pour un casting jig) afin d’éviter de trop les traumatiser.

 

Colin et une magnifique coryphène prise au Métal Spot

 

La grande coryphène est certainement un des plus beaux prédateurs qu’il est possible de pêcher en France. C’est néanmoins un poisson assez rare qui doit être respecté. Ce pélagique a un taux de grossissement très important et il peut atteindre de très grandes tailles rapidement. La pêche des juvéniles sur des corps flottant peut être très facile et ce poisson étant fragile, il sera conseillé de se limiter à quelques prises uniquement. La récompense sera la possibilité au bout de quelques années de prendre une coryphène dépassant le mètre – ce qui en France constitue assurément un des plus beaux coups de ligne qui puisse être réalisé pour un pêcheur sportif !

 

Une coryphène de cette taille est un magnifique coup de ligne pour un pêcheur !

26/09/2018 | Publié par Flashmer Team dans ACTUALITE, CONNAISSANCE DU MATÉRIEL, CONSEILS TECHNIQUES