La pêche de l’Aspe

Ma saison de pêche 2017 est terminée, et c’est maintenant l’heure des bilans après 120 journées de pêche en eau douce, en mer ou outremer. Bien sûr, les poissons géants comme les thons de l’Atlantique ou les tarpons Guyanais auront marqué cette année. Mais c’est à ma porte, sur la Loire, que j’ai vécu mes instants les plus intenses avec les aspes.

aspe

 

Ces poissons sont maintenant bien implantés et atteignent des tailles respectables, avec des trophées de l’ordre du mètre. C’est en été que leur pêche est la plus passionnante, quand ils font bouillir la surface de l’eau en faisant éclater les bancs d’alevins dans les courants les plus violents. On pourrait croire qu’il suffit de lancer un leurre dans ces chasses spectaculaires pour déclencher une attaque… Mais c’est loin d’être le cas ! Ils concentrent leur prédation sur les alevins et se montrent particulièrement sélectifs sur la taille des leurres. Et ils s’éduquent très rapidement, la moindre ombre les mettant immédiatement en alerte : c’est en se montrant très discret et en les attaquant de très loin qu’on pourra tromper leur méfiance. Les leurres de surface qui étaient encore « rois » il y a quelques années ne provoquent le plus souvent que des suivis ponctués d’un refus.

Pour réussir dans ces conditions, il faut pouvoir lancer loin de très petits leurres qui puissent nager dans de puissants courants ; avec un matériel suffisamment puissant pour résister à la violence de leurs attaques et de leurs rushs. Une équation bien difficile à résoudre.

Deux leurres sont vraiment sortis du lot, parfaitement adaptés au nouveau comportement des aspes : les casting jigs « Metal Spot » et les petits poissons nageurs dénichés dans la gamme Yo-Zuri. Je privilégie les leurres de couleur « naturelle » par eau claire, pour passer à des teintes plus « flashy » quand les eaux se teintes (avec un coup de cœur pour le rose).

Aspe

Gamme Métal SpotLes casting jigs métal spot Flashmer en 14 et 21 grammes sont parfaitement adaptés à cette pêche et très polyvalents. Très denses, ils se lancent très loin et sont aussi efficaces dans les courants violents que dans les amortis.

J’attaque toujours les postes avec une récupération du casting jig immédiate dès qu’il touche l’eau, en enchaînant par des ramenés très rapides allant jusqu’à les faire ricocher en surface pour pêcher les couches d’eau superficielles, surtout dans les chasses. Les attaques sont alors particulièrement  violentes, et aussi spectaculaires que sur un leurre de surface : adrénaline garantie !

Une canne d’action assez souple en pointe et un frein bien réglé sont indispensables pour éviter la casse immédiate !  Si les touches cessent après une ou plusieurs prises, ou que cette première approche ne déclenche pas d’attaque, je change totalement d’animation en laissant le leurre couler progressivement pour le ramener à vitesse plus modérée en le « twitchant » afin de prospecter toutes les couches d’eau. Il n’est pas rare de déclencher ainsi de nouvelles attaques, ou de décider des poissons qui ne montaient pas en surface.

C’est également une animation très efficace en période hivernale, les aspes restant actifs près du fond tant que la température de l’eau ne descend pas en dessous de 5 degrés.

Aspe 3

 

L-MinnowLes L-Minnow heavy weight en 33 mm (5,5 g) et 44 mm (9 g) : ces leurres à bavette très compacts plutôt destinés à la pêche de la truite se lancent comme des balles à très grandes distances et nagent dans les couches d’eau superficielles. Ils se désaxent lors du changement des veines d’eau, mais sans décrocher dans les plus violents courants ou lors de récupérations très rapides : c’est souvent à ce moment que l’attaque se produit. Ils m’ont permis de décider des poissons qui étaient restés sans réaction au passage d’autres leurres pourtant spécialement dédiés à l’aspe.

aspe L-Minnow

chevesne - perche

En plus des aspes, ils ont également intéressé perches et chevesnes lors de récupérations un peu moins rapides… Ainsi que d’autres prédateurs comme brochets et silures qui m’en ont « volé » quelques-uns.

Yo-Zuri Super Braid 8xLa tresse doit être fine et bien ronde pour de longs lancers, discrète et résistante avec juste ce qu’il faut de rigidité pour ne pas perruquer : la tresse superbraid 8 brins de Yo-Zuri en PE 1 à 1,2 (20 et 27 livres) m’a donné satisfaction tout au long de la saison. Malgré une utilisation intensive, elle n’a pas peluché et reste en bon état pour engager une nouvelle saison de pêche.

 

Un long bas de ligne en fluorocarbone de 25 à 30 centièmes est indispensable pour ne pas éveiller la méfiance des aspes. Le fluorocarbone Premium Asso que j’utilisais pour la première fois m’a séduit. Et j’ai particulièrement apprécié son packaging en petites bobines tenant facilement dans une poche, avec un stop-fil efficace évitant de se retrouver avec des mètres de fil emmêlé !

La pêche de l’aspe est décidément très addictive, et c’est avec impatience que j’attends l’ouverture des carnassiers en 2018.


Pascal Jarret

26/02/2018 | Publié par Flashmer dans ACTUALITE, CONNAISSANCE DU MATÉRIEL, CONSEILS TECHNIQUES, SORTIE PECHE