Extremadura, on prend les mêmes et on recommence!

Ca y est l’hiver s’installe, même si cela fait déjà plusieurs années que je suis en Haute-Savoie j’ai toujours autant de mal avec le froid !

Je diminue considérablement le nombre de mes sorties pêche durant cette période en attendant l’ouverture du corégone en janvier et celle de la truite en mars. Mais loin d’être une période inactive, mon « hibernation », c’est l’occasion de préparer les leurres souples.

Faire des gambes à corégones et aussi préparer les voyages de l’année prochaine ! Je parcours mes photos en me remémorant ceux effectués cette année. Mais dis donc je ne vous ai pas raconté celui en Espagne en avril ! Alors c’est parti ! Et puis quoi de mieux que de penser aux bass attaquant nerveusement un stick-bait sous le soleil espagnol alors qu’ici on gratte le pare-brise tous les matin…

Après notre séjour mitigé en 2015 (voir http://www.flashmer.com/blog/wpid1556/extremadura-extremement-dur/) mais durant lequel nous avions beaucoup appris sur la pêche des lacs espagnols grâce à Mathieu (http://www.extremaduramonsters.com/) nous avons décidé d’y retourner cette année. Colin, Tounin et moi sommes super motivés, mais, budget oblige, ce sera du bord et sans guide. Un pari risqué d’après certains à qui nous demandons des infos mais j’aime les défis et je trouve que le plaisir de la pêche ça passe aussi par la recherche. Je ne compte pas le nombre d’heures passées sur Google Maps à la recherche de coins et d’accès. Mon espagnol s’est aussi amélioré à force de naviguer sur tout type de site, notamment pour la réglementation car elle n’est pas simple ! Nous ferons dans la facilité pour les permis en passant par le site « Telelicencia ».

Nous avons réservé un gîte du 02 au 15 avril, à cette période le soleil est bien présent (normalement…) et les poissons, actifs sur les bordures, à part les barbeaux pour lesquels l’eau est encore un peu froide.

Les semaines passent et le départ approche, je guette la météo des jours précédant notre départ et c’est pas tip-top, il fait froid pour la saison, il y a beaucoup de vent et il pleut pas mal. Ma légendaire poisse ne me quittera donc jamais ?!

Enfin ça y est, nous sommes le samedi 2 avril, mon break est chargé à bloc et nous partons en début d’après-midi pour un trajet de plus de 1300 km !

carte-route

Nous passons la frontière à la nuit et on s’arrête peu après pour dormir. A trois dans la voiture autant vous dire que personne n’a de place pour s’étendre et le sommeil est de courte durée. Vers 3h, n’arrivant plus à dormir je reprends le volant, la conduite est agréable car les routes espagnoles sont top et au moins à cette heure là nous n’avons pas de bouchons !

Il fait encore nuit lorsque nous arrivons en Extremadura. Notre location est à récupérer dans la matinée, donc nous avons le temps. Je gare la voiture près d’une rivière et nous refaisons un petit somme. Une fois le soleil levé nous allons explorer le cours d’eau, on s’essaye un peu aux leurres mais nous doutons vite du fait qu’il puisse y avoir des bass ici. En revanche nous voyons beaucoup de poissons blancs sauter. Les cannes casting sont échangées contre celles feeder et toc. Un peu de maïs lancé à droite à gauche et rapidement nous prenons nos premiers carassins espagnols

dsc02737

Nous remontons un peu, la rivière se rétrécie et le courant est plutôt fort mais ça ne gêne pas les carpes que nous croisons en nombre. L’eau est très sale et les pêcher à vue n’est pas simple mais avec Tounin nous en ferons chacun une.

dsc02733

dsc02727

Voilà ce que j’aime :  partir à l’aventure dans un endroit inconnu, chercher quels poissons y vivent et les prendre 🙂 le séjour commence bien ! 

Après cette pause de mise en jambe, nous repartons pour rejoindre notre auberge. L’accueil est super malgré des difficultés linguistiques, l’espagnol appris au lycée commence à être loin ! Nous déchargeons rapidement et notre spacieuse chambre se retrouve vite pleine de matériel, mais pas de temps à perdre en rangement, les bass nous attendent !

Pour cette reprise de contact nous partons sur le lac de Garcia, nous perdons un peu de temps pour trouver un accès car il sont peu nombreux et comme nous sommes dimanche il y a pas mal de pêcheurs déjà présents. A peine garés, une averse nous tombe dessus, on se met à l’abris pour déjeuner tranquillement mais l’ambiance est lourde. Bass, froid et pluie font rarement bon ménage…

La pluie cesse, nous enfilons waders et vestes car le vent souffle bien et ça caille. Mais après 12h de trajet il en faudrait plus pour nous empêcher de mettre un leurre à l’eau. On marche un bon moment pour s’éloigner des spots proches du parking puis on attaque une berge agitée par le vent.

La pêche du bass dans ces grands lacs est un peu déconcertante pour nous, car très éloignée de ce que nous avons l’habitude de pratiquer. Ici point de leurre souple en texan balancé au coeur de la végétation, pas de stick-bait au dessus des herbiers ni de jig animé le long de roseaux. Non ici c’est cailloux, sable, graviers et vase. On voit très peu de poissons donc il faut chercher tout ce qui peut créer un poste et surtout trouver sur lesquels se tiennent les bass.

Je commence à gratter avec un Baby boo jig avec une Craw Chunk en trailer. Vues les conditions je me dis qu’il vaut mieux chercher les poissons un peu en profondeur. Peu après un lancer je vois une masse verte au fond, sous mon fil. Je doute un peu car avec les vagues, la visibilité est très mauvaise mais je tourne quand même la canne pour que ma récupération amène mon jig devant. A peine j’arrive au niveau de la tache que celle-ci se jette sur mon leurre ! Ferrage de brute (obligé au jig) et mise au sec du bass dans le même mouvement.

dsc02739

C’est bon la pression retombe, il y en a qui sont actifs et la technique à l’air de fonctionner. Peu après nous voyons un gros remous devant Tounin qui pêche au stick, dommage il se fait casser au ferrage.

Nous continuons à peigner la berge mais sans succès. On fait demi-tour pour repêcher la zone qui nous a rapporté les deux fish. Le vent a forci et l’eau est très sale au bord, je sais que cela peut exciter les bass car le fourrage va venir se nourrir dans cette eau brassée. J’arrive près du bord et alors que je ramène mon jig pour relancer je me fais arracher par un poisson venu engloutir mon leurre dans mes pieds, ça réveille ! Le poisson tient le fond et effectivement il est nettement plus joli que mon 1er.

dsc02758

Je dis à Tounin de tenter de ramener son rubber jig en linéaire en pleine eau voir si c’est l’animation du moment, quelques lancers plus tard, grosse touche pour lui aussi et son 1er bass du séjour est au sec

dsc02768

Je pense que la nage spécifique de la Craw Cchunk a joué un rôle déterminant pour ces 2 poissons, les fortes vibrations émises permettant aux bass de repérer le leurre dans l’eau sale.

On continue à ratisser la baie, plus classiquement en grattant le fond car l’eau est plus claire à l’abri. Et c’est de nouveau Tounin qui ferre, le poisson monte en surface et c’est gros ! Je lui attrape et effectivement c’est du lourd, nouveau record à 58 cm !!!

dsc02749

Y a de la place !

dsc02751

Le séjour commence fort pour Tounin ! Coco en revanche fini capot, bon on mettra ça sur le compte de la fatigue 😛

Une 1ere prise de contact sympa. Bon, on sent qu’il va falloir beaucoup marcher pendant ces 15 jours, mais on est équipés et ça donne aussi son charme à la pêche du bord.

Le lendemain la météo est pourrie ! Pluie et surtout beaucoup de vent. On se motive en se disant que c’est un bon temps à broc donc on file sur un spot qui avait rapporté pas mal de poissons l’an passé. Pas facile de pêcher mais on tape rapidement du poisson, Coco brise la malédiction de la veille au 1er lancer ! Les Mega Shad que j’aime tant au Leman, fonctionnent aussi ici 😉 !

dsc04118

D’ailleurs c’est avec mon fétiche que je tape moi aussi, celui là il en a vu des broc !

dsc04133

Tounin en fait 2, la taille moyenne est plutôt sympa !

Par contre on avait pas prévu que le Buff servirait contre le froid…

dsc04130

Après 2 poissons décrochés je sors un Shaker avec une palette au cul, un leurre qui avait bien fonctionné l’an passé, et bingo je me fais prendre à la descente.

dsc04123

Toujours sous un beau soleil, typique de l’Extremadura…

Le vent se lève de plus en plus pour atteindre des rafales à plus de 70 km/h ! et quand la pluie commence à s’en mêler on file s’abriter, seul Tounin continue à pêcher, mouillé pour mouillé…

dsc04139

Mais sa ténacité ne payera pas 🙁

On rentre à la première accalmie, content quand même d’avoir pu pêcher quelques broc sympa dans ces conditions.

Mardi, enfin un beau soleil ! Du coup c’est bass au programme. On part explorer un coin que j’ai vu lors de mes recherches et qui m’a l’air bien sympa car il y a beaucoup d’arbres dans l’eau. On passe un bon moment pour trouver un accès mais finalement on arrive au bord de l’eau. On gratte une berge sans rien toucher puis en revenant vers la voiture Colin sort son 1er bass du séjour, en surface.

dsc02779

Nous décidons de reprendre la voiture pour changer de poste, il faut éviter les zones profondes car l’eau y est trop froide. On tombe sur une zone magnifique avec plein d’arbustes dans peu d’eau, le soleil commence à bien taper et on sort les Zara Puppy Spook.

dsc02797

Et ça y est, là on se sent en Espagne: du soleil, des stick-baits et des bass ! Les poissons ne sont pas très gros mais on s’éclate à pêcher en surface.

dsc02782

Le Zara en coloris noir cartonne, cette couleur permet de contraster avec le ciel clair et rend la silhouette du leurre facilement visible.

dsc02805

dsc02793

Quand un poisson refuse le stick, un petit LS en wacky agité sous son nez, le fait souvent craquer. Tounin va en sortir plusieurs ainsi.

dsc02806

Malgré le soleil, l’eau est froide (pas étonnant vu ce qu’on s’est pris hier !) et Tounin qui n’a pas de waders commence à être un peu bleu ! d’autant qu’il est allé nager pour récupérer le leurre de Colin qui avait lancé un peu trop près d’un arbre…

Pause casse croute pour reprendre des forces puis on décolle à la recherche d’un nouveau coin. On trouve une berge très jolie mais assez vide, il faudra peut-être revenir quand l’eau aura pris quelques degrés. En tout cas on est seuls au monde et on profite des paysages et ainsi que des nombreux oiseaux

dsc02810

Mercredi on tente d’abord un tour au brochet, quelques touches mais aucun au sec. On décide d’aller à La Serena pour voir si on peut taper du barbeau. Le niveau d’eau est bas et les poissons ont peu de cache donc ils nagent assez loin du bord et surtout profond. Nous tenterons une berge pendant un moment, on voit pas mal de barbeaux mais ils se foutent complètement de nos leurres…

Nous descendons encore un peu pour atteindre Zujar, là c’est beaucoup mieux car le lac est plein. On attaque avec le matos à brochets, quelques suivis mais sans plus. Par contre nous croisons pas mal de poissons blancs et quelques barbeaux. D’un commun accord nous retournons à la voiture (qui est loin !) chercher le matos adapté et l’amorce. On échange les combo MH contre les spinning UL et c’est reparti pour une bonne marche sous un soleil qui tape bien. Nous allons directement dans une anse ou nous avons vu pas mal de barbeaux. Tounin lance dans le fond et un gros barbeau se jette sur son leurre,  top ça fait plaisir de voir qu’il y en a qui prennent !

dsc02816

Coco se cale sous un arbre et amorce une zone ou carassin, carpes et barbeaux tournent. Avec Tounin nous partons peigner la berge à la recherche  des fameux barbeaux. Nous en croisons pas mal mais il y a beaucoup de vent ce qui rend difficile la pêche à vue. Arrivé sur une zone avec des rochers surplombant l’eau je tente quelques lancers à l’aveugle, soudain je vois 2 barbeaux qui longent la berge dans ma direction. Je ramène pleine balle jusqu’à leur niveau puis ralentis ma récup, le leurre arrive devant eux et le plus proche se jette dessus ! Super combat en évitant les rochers et finalement je peux poser avec le barbeau tant attendu.

dsc02820

Le soleil commence à être bas et repérer les poissons devient impossible, nous ratons plusieurs touches et finalement le seul poisson que je sortirai sera un petit broc.

dsc02827

Nous rejoignons Colin qui est toujours en train de surveiller sa canne calée avec maïs. Il n’a pas fait de barbeau mais a quand même sorti 2 carassins et une carpe.

dsc02811

On se couche tôt, crevés après une journée à marcher sous le soleil.

Le lendemain on retourne au bass, bonne rigolade au stick pour commencer même si Tounin se gèle toujours autant…

dsc02831

dsc02839

Je voulais faire mon 1er bass au spinnerbait et c’est chose faite, dommage je décroche mon 1er au buzz-bait mais l’attaque en valait la peine !

dsc02852

Le vent se lève très fort et nous partons pour Garcia voir un peu ce qui se passe là-bas. La pêche est difficile avec un tel vent mais les poissons sont au bord donc nous ne sommes pas trop handicapés par les faibles distances de lancer. Coco est au stick, Tounin au jig et moi je tente au crank. A part en surface nous pêchons très peu les bass avec des leurres durs en France, mais l’an passé Matthieu nous avais montré que les petit minnow et les crank marchaient très bien ici. Après une dizaine de mètres de berge parcourus en raclant le fond, je me fais soudain prendre mon 3DS Shad MR à 1m de la rive ! 

dsc02861

A peine est-t-il relâché que c’est Coco qui est pendu au stick.

dsc02872

Je me fais suivre par plusieurs poissons près d’un tas de cailloux au fond, je monte une ligne drop-shot et hop un poisson de plus 🙂 je remets mon crank et sur la même zone je fais encore un poisson.

dsc02873

Je sens qu’avec le crank on tient quelque chose, donc j’insiste avec ça. Sur une zone peu profonde je monte un 3DS Crank SSR, avec sa bavette à angle droit il nage à seulement quelques centimètre sous la surface donc c’est parfait. 1er lancer et au premier tour de manivelle je me fais attaquer, juste le temps de sentir le poisson que celui-ci se décroche en sautant, dommage s’était gros ça ! Quelques lancers dans la zone et de nouveau grosse attaque, et ferre et bride le poisson aussi fort que me permet mon Nylon Ultra ASSO de 22/100. Un de plus !

dsc02886

Colin a pris quelques attaques en surface mais rien au sec donc il passe lui aussi sur du crank et ça paye rapidement puisque son Flat crank trouve un joli client.

dsc02896

De mon côté comme le fond tombe moins vite que tout à l’heure  je suis passé sur un 3DS Shad SR qui me permet de prendre un cinquième et dernier poisson.

dsc02890

Et le Tounin me direz-vous ? Et bien le Tounin c’est rare venant de lui mais aujourd’hui s’était pas son jour !

Vendredi, nous prenons la direction du lac de Cijara. Nous n’avons jamais pêché ce lac, mais il a une bonne réputation, notamment car chaque année, la « Nitro cup » s’y déroule. Il fait beau mais il y a beaucoup de vent et l’eau est très sale donc nous allons encore pêcher à l’aveugle. On tente un premier coin avec pas mal de fond mais nous ne touchons rien. Nous partons à la recherche de zones similaires à celles qui ont rapporté du poisson la veille. On accroche des crank et c’est parti pour le ratissage. 

dsc02951

Colin rentre rapidement plusieurs jolis poissons au 3DS Crank SR

dsc02911

dsc02932

dsc02929

Comme je suis capot il me le passe un moment et je fais mon 1er fish de la journée

dsc02931

Face à l’immensité du lac et au peu de postes marqués, nous décidons de pêcher vite, chacun peigne au crank en faisant « saute-mouton » avec son voisin. Ce n’est peut être pas LA technique du moment mais cela nous permet de prendre régulièrement du poisson car nos leurres parcourent beaucoup de terrain, croisant forcement la route d’un poisson au bout d’un moment.

dsc02948

Coco nous fait croire un moment qu’il tient un bass record mais surprise, c’est un joli sandre qui était posté au bord dans 1m d’eau !

dsc02940

Pour le coup du soir nous changeons de zone et c’est Tounin qui finit en beauté avec deux bass de 53 et 54 cm.

dsc02958

dsc02959

Je ferai un broc dans le 65 cm et un autre me coupera mon crank 3DS Shad qui marchait si bien…

Journée sympa pour une découverte, le lac est magnifique et immense, on n’en voit jamais le bout !!!

dsc02961

Samedi arrive, purée déjà 1 semaine que l’on est arrivés ! c’est fou comme le temps passe vite en vacances ! Nous irons à Garcia et Cijara mais ça ne sera pas une journée extraordinaire, il y a toujours beaucoup de vent et l’eau à du mal à monter en température. En plus, week-end oblige, il y a beaucoup de pêcheurs et c’est pas toujours facile de trouver des coins ou personne n’est passé. Coco fera le premier de la journée sur un spinnerbait BOOYAH Mini Shad, son 1er bass au spinner !

dsc02969

dsc02971

Mais personne ne touche d’autre poisson. On bouge pour trouver des berges avec moins de fond ce qui nous permet de faire quelques poissons sur les plages qui se réchauffent plus vite. On s’amuse pas mal en prenant de jolis attaques au stick-bait.

dsc02981

dsc02993

dsc02998

Puis un peu de crank nous permet de faire quelques poissons avant de rentrer.

dsc03001

dsc03008

dsc03011

Dimanche au moins nous sommes un peu plus tranquilles car il fait un temps pourri ! Un peu de pluie mais surtout énormément de vent qui nous oblige à porter pas mal de couches de vêtements. On pêchera au crank les plages battues par le vent, encore une fois le 3DS Crank SR marche bien

dsc03028

dsc03030

Colin à pu essayer quelques uns de ses crank « home-made » en bois avec de bons résultats

dsc03034

Journée difficile avec une dizaine de bass pris en 4h de pêche, mais vu le temps qu’il faisait c’est quand même pas si mal !

Vu que ce mauvais temps ne plait pas aux bass et qu’il va encore durer, nous décidons de louer des float tube pour le lendemain au guide qui travaille avec notre auberge (mec super sympa qui en plus parle anglais: http://www.extremadurapredatorfishing.com/ ). La cible sera les brochets que nous pourrons plus facilement pêcher depuis ces bouées. Pour Colin et moi c’est une première ! Habitué à nos kayaks on aura du mal à se restreindre au niveau du matos embarqué…

On se met à l’eau et on attaque direct au shad, Colin prends rapidement son premier poisson en float

dsc04147

Je le suis de près

dsc04160

Tounin aussi y va du sien

dsc04161

Les touches sont franches et les leurres bien engamés, ça change du Léman ou la plupart du temps les poissons sont piqués sur le triple voleur.

J’alterne entre Bass Assassin Sea Shad 15 cm

dsc04165

et Mega Shad 17cm mais ça ne change rien, les poissons sont tous calibrés entre 70 et 80cm

dsc04177

Coco tape bien avec un corps de Blue Shad monté sur une tp de 15gr

dsc04150

Le matin tout le monde fait du poisson mais l’après-midi sera difficile pour Tounin et Colin car eux en font respectivement 4 et 5 quand j’en sors 11 ! Peut-être que mon expérience de pêche au shad au Léman y est pour quelque chose ?

dsc04167

Mais même s’il y avait un peu d’activité il a fallu se battre et palmer pour rester à l’abri, car pendant un moment on à eu droit à des rafales à +70km/h, agitant sacrement le lac !

dsc04173

Mais dès que ça s’est calmé on est reparti de plus belle !

dsc04181

p1090145

p1090155

p1090156

Une bonne journée avec de grosses touches et de bons combats, tout le monde a été content de se coucher car ce fût physique !

Mardi la météo annonce pluie et vent pour toute la journée donc pas la peine de s’acharner sur les bass. On change complètement d’horizon pour tenter les poissons blancs dans le fleuve Guadiana. 

guadiana

Nous n’y avons jamais pêché mais ça serait bon pour les barbeaux d’après les infos que nous a données le guide à qui nous avons loué les float. On part pour le coto de Medellin (permis journée nécessaire, environ 3€ si je me rappelle bien), un endroit très réputé pour la pêche au coup. Effectivement le coin est super bien aménagé pour la pêche, la végétation est coupée et il y a les postes de pêche composés d’avancées en béton pour pouvoir s’installer confortablement. On déballe les cannes feeder et rapidement la zone est amorcé. Mais ça tarde à s’activer alors on s’occupe en pêchant les ablettes qui foisonnent !

dsc03041

Je monte ma canne UL avec un petit crank histoire de voir si je peux taper un barbeau aux leurres. Je fais quelques lancers près d’un tronc immergé quand je prends une touche, ferrage, c’est lourd mais je comprends vite que ça n’est pas un barbeau. Pas grave je prends quand même !

dsc03046

Je continue de prospecter la berge histoire de voir à quoi le fleuve ressemble et essayer de faire d’autres poissons mais je ne prendrai que deux petits bass. Le coin est très joli et je vois plusieurs pêcheurs sortir des carpes du carpodrome situé juste derrière (on peut d’ailleurs voir une carpe sur ma photo, elle a sauté au bon moment !)

dsc03076

Je reviens vers le poste feeder et les gars me disent qu’ils ont touché quelques petites carpes

dsc03060

dsc03058

Je reprends la surveillance de ma canne et effectivement je n’ai pas à attendre longtemps pour en faire une moi aussi

dsc03043

Par contre nos pâtes et maïs n’ont pas l’air de plaire aux barbeaux, bon le guide nous avait bien dit qu’il était tôt dans la saison et que les vers de terre fonctionnent mieux d’après lui.

On se prend régulièrement de bonnes averses mais ça n’empêche pas les 2 furieux de continuer à pêcher, moi je me mets à l’abri dans la voiture, je dois me faire vieux peut-être bien…

dsc03078

dsc03082

L’après-midi le vent se lève mais au moins ça chasse les nuages. Le coup est bien installé et on prend des carpes régulièrement

dsc03050

dsc03075

dsc03052

On essaye de faire un peu de bombette hors de la zone d’amorce mais pareil, que des petites carpes

dsc03073

Plusieurs fois coco se fait prendre sa ligne à ablette par les carpes, combat sympathique en perspective 😉

dsc03057

Puis en fin d’aprem les touches, cessent brutalement. On en profite pour plier et tenter un peu les bass mais nous ne ferons que quelques petits. On reprends la route en s’arrêtant de temps en temps histoire de repérer si des spots nous paraissent intéressants plus haut sur le fleuve. Nous trouvons une zone sympa et décidons de re-louer des floats pour la tenter le lendemain.

Mercredi de nouveau sur le Guadiana donc mais en float à la recherche des bass. Le coin est superbe avec des herbiers et pas mal d’arbres dans l’eau, ça pue le bass à plein nez ! Néanmoins après plus d’une heure de pêche personne n’a touché de poisson mais surtout nous ne voyons rien à part des carpes…

Puis enfin dans un arbre immergé Tounin manque 2 gros poissons avant de finalement en sortir un de 51 cm.

dsc03086

Bon ça nous rassure, il y a du bass mais ils sont vraiment pas mordeurs. Nous peignons au jig sous les arbres mais pas la moindre touche… nous en verrons quelques uns complètement amorphes. Bon, on a quand même trouvé un coin sympa, à refaire l’an prochain, mais quand l’eau est plus chaude.

Du coup on bouge et nous allons tester ce que donne nos arbres à stick-bait en float. C’est beaucoup plus pratique qu’en wading ! 🙂

dsc03090

dsc03092 

On s’amuse bien, même si le temps se gâte et que l’on prend un bon coup de vent/pluie.

dsc03096

Je baptise mon stick-bait « fait-maison » en bois mais au moment d’attraper le bass celui-ci me surprend et on se retrouve à inverser les rôles…

p1090162

J’arrive à me le sortir en tirant avec une pince (et en serrant les dents…) mais c’est pas passé loin de la correctionnelle.

Juste avant de rentrer Tounin fait son 2eme +50 cm de la journée ! 54 cm, toujours au jig. Chapeau !

dsc03099

Jeudi: ça y est nous y sommes, c’est le dernier jour complet que nous avons !!! 🙁  Nous avons de la chance il fait très beau et chaud, nous partons donc au bass plutôt confiants. Avec Colin nous avons du boulot car pour le moment seul Tounin à fait des +50 cm, pourtant même pattern et forcément même coins que nous, allez comprendre…

Le matin nous ne ferons pas grand chose, le seul événement marquant sera ma casse sur une énorme carpe. Nous étions devant avec Tounin, on marchait le long de la berge quand soudain derrière un bloc on voit une masta carpe en train de fouiner au fond, le mètre facile ! J’avais par chance ma canne MH avec une craw en carolina monté en 30cent, aucune crainte avec un tel combo donc je lui balance doucement derrière. Je ramène le leurre juste devant elle et là on voit sa bouche qui s’étire et la craw qui disparaît ! Je ferre mais en même temps je me rends compte que le vent à porté ma bannière sur un rocher, la tresse est coincé sous une arrête et vu la violence du démarrage de la carpe la casse est inévitable ! DEG 🙁 un record perso qui vient de me passer à côté…

La seconde zone sur laquelle nous nous rendons sera beaucoup plus intéressante avec d’abord quelques poissons en surface

dsc03106

dsc03107

dsc03109

Puis enfin je prends une touche au crank, direct je sens que c’est plus lourd que d’habitude. Je laisse le poisson se fatiguer au large puis je l’amène doucement vers la berge. Ca y est on le voit, ouf c’est gros ! Mesure rapide et effectivement c’est mon record, 58 cm ! trop content 🙂

dsc03110

On continue sur la même berge et c’est Colin qui fait enfin son 1er gros du séjour,  un 52 cm pris au crank fait maison

dsc03123

Puis c’est Tounin qui s’y colle avec un 56 cm !

 

dsc03133

Et encore un beau pour moi de 50 tout pile

dsc03147

Même taille pour Coco, toujours sur son leurre en bois

dsc03139

C’est fou !!! On vient d’enchaîner une dizaine de poissons sur quelques centaines de mètres avec dans le lot 5 fish de +50cm ! Une journée sous forme d’apothéose mais qui nous fait encore plus regretter de devoir partir demain…

Vendredi: ça y est c’est la fin ! nous partons en début d’apres-midi donc on a juste le temps pour une sortie express le matin. On part essayer les barbeaux à la Serena car il fait très beau et on aimerait bien que Coco fasse son premier (l’an passé déjà il n’en avait pas eu). L’eau est très claire et rapidement nous voyons de gros barbeaux en train de nager le long des berges. Je reste avec Colin et essaye de le guider en me plaçant en haut de la berge pour avoir une meilleure vue. Il multiplie les lancers sur chaque nouveau poisson aperçu mais aucun ne semble s’intéresser à son poisson nageur. Puis soudain, sans que l’on sache pourquoi, un poisson décide de courser le leurre et de l’attaquer. 

dsc03159

Super ! nous sommes tous ravis, enfin la malédiction du comizo de Colin est rompue 🙂

dsc03165

Nous verrons encore beaucoup de poissons ensuite mais pas un seul ne viendra toucher nos hameçons, même en nymphe je ne prendrai que des refus. L’eau est sans doute encore trop froide pour qu’ils soit vraiment actifs… Tant pis, au moins on a une raison pour revenir l’an prochain 😛

 Nous vidons notre chambre, saluons la gérante qui a vraiment été d’une infinie gentillesse et puis c’est reparti pour 1300 km !

Bon d’accord on a pas pu résister à un dernier petit coup de pêche en route…

dsc03168

dsc03170

Voilà… 13 jours de pêche vraiment sympa dans une région formidable pour nous pêcheurs. Certes la météo a été mitigée mais ça fait partie du jeu. Nous n’avons sans doute pas fait un « carton » mais nous avons beaucoup prospecté, marché, cherché, et finalement la joie de chaque poisson pris en est décuplée 😉

Nous reviendrons en 2017 c’est sûr ! En espérant que le gouvernement espagnol prenne conscience de la richesse halieutique de son pays et comprenne l’intérêt de la sauvegarder…

dsc03158

11/12/2016 | Publié par Etienne Goletto dans ACTUALITE, SORTIE PECHE